1. A Beni, des jeunes tentent de se mobiliser pour l’autodéfense
  1. Comment appuyer les FARDC pour mettre un terme aux massacres à Beni ?
  1. Un an après son apparition en RDC, l’épidémie d’Ebola continue de se répandre

Il y a un an, l’épidémie d’Ebola apparaissait à Mangina, dans le territoire de Beni, au Nord Kivu. Elle s’est, par la suite, répandu dans la province voisine de l’Ituri, atteignant plus de 2600 cas confirmés à ce jour. Selon les données officielles de la riposte du 31 juillet 2019, il y a déjà eu 1.813 décès (1.719 confirmés et 94 probables) et 776 personnes guéries dans les deux provinces. La mort, mi-juin en Ouganda, de deux personnes qui avaient participé à des obsèques en RDC, avait donné l’alerte mais l’organisation mondiale de la santé ne jugeait pas encore pertinent de déclarer l’urgence sanitaire mondiale. Cela arrivera avec l’apparition d’un premier cas positif Ebola à Goma, le 12 juillet 2019, et le président Felix Tshisekedi décidera de nommer un secrétariat technique chargé de diriger la riposte sous sa supervision.

  1. L’épidémie d’Ebola est désormais une urgence sanitaire mondiale

L’organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré – le 17 juillet 2019 – que l'épidémie d'Ebola, qui sévit en République démocratique du Congo, était désormais une urgence sanitaire mondiale. Depuis août 2018, 1698 personnes sont décédées du virus sur 2522 cas confirmés ou probables.

  1. Malgré une légère diminution des cas à Beni et Butembo, Ebola atteint l’Ouganda
  1. Retour sur l’élection du nouveau gouverneur du Nord Kivu
  1. Des ex-combattants démobilisés retournent en brousse
  1. Manifestations de la population contre le kidnapping à Kiwanja

Du 15 au 17 mai 2019, les écoles de Kiwanja, une cité située dans le territoire de Rutshuru à 75 Km de Goma, sont restées fermées puisque les élèves ont décidé de manifester leur ras-le-bol face aux kidnappings récurrents des civils dans la cité, et contre l’insécurité de façon générale. Tout est parti de l’assassinat, la veille du 15 mai, d’un parent d’élève, par des hommes armés non identifiés. D’après le président de la jeunesse de Rutshuru, Roger Sebiyera, ces hommes auraient tenté d’enlever la victime mais face à sa résistance, ils l’ont abattue avant de s’enfuir. Au premier jour des manifestations, la population en colère – pas que les élèves – est sortie pour manifester dans la rue contre cet assassinat. Elle a récupéré la dépouille qu’elle a déposé devant le bureau du territoire de Rutshuru, et la police a dû user de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

  1. La ville de Butembo, entre riposte contre Ebola et attaque des miliciens
Go to top